Direction Achat : les conséquences de 2 années Covid, décryptées par les Managers de Transition !

Sandra Chaumont – Partner chez KeyWe – Management de transition - Lille et Paris - 06.84.99.89.96

KeyWe - Management de Transition

Les directions achat ont été mises à rude épreuve pendant la crise COVID. Et désormais ce sont les conséquences combinées du ralentissement passé de l’économie puis de la reprise exponentielle de la demande avec lesquelles elles doivent composer.

Les 18 mois passés ont révélé bien des manques dans la chaine achat et les relations fournisseurs. Ils ont mis en exergue certains risques à gérer en priorité : la rupture d’approvisionnement, la logistique et les risques juridiques dans les relations avec les fournisseurs.

Durant et après ces confinements successifs, certaines organisations s’en sont mieux sorties que d’autres. Des secteurs d’activité ont eu une énorme pression sur les épaules en ayant (ou en ressentant comme telle) l’obligation de « prendre soin de la population » (le rôle de la grande distribution à nourrir les Français par exemple).

Découvrez le retour d’expérience de trois managers de transition au cœur de l’action durant cette période inédite de l’économie mondiale. Ils nous partagent leur retour et avis des impacts de cette crise sur leur métier et secteur d’activité.

Aucun texte alternatif pour cette image

COVID : 2020 les prémisses d'une crise sanitaire mondiale.

Le manque d’anticipation des entreprises et le déni de crise étaient flagrants alors que bien des signaux étaient émis et ce, dès le mois de décembre 2019. Dès le premier confinement, les relations des entreprises avec leurs fournisseurs se sont tendues pour devenir un « jeu de dupes » où chacun se referait au contrat commercial signé entre les parties pour réclamer les engagements pris. L’intelligence collective qui aurait dû naitre de cette situation nouvelle n’eut pas lieu.

« Certaines entreprises ont pris conscience de l’importance des achats au moment de devoir équiper leurs collaborateurs en équipements de protection individuelle alors que ceux-ci étaient introuvables sur les marchés » selon Philippe Tura ayant travaillé pour l’industrie (cosmétique, automobile, télécom..).

Aucun texte alternatif pour cette image

Les conséquences : la réorganisation des directions achats.

Les conséquences des retards de livraison / défaut de production ont généré des crises dans la gestion du cash des entreprises. En effet, les accords contractuels prévus dans des « situations économiques normales » ne fonctionnaient plus en « situation anormale ». Et considérant (en BtoB) que chaque entreprise est le fournisseur d’une autre, l’impossibilité de payer certaines factures, due à l’arrêt de l’activité économique, a généré un pilotage de son cash très serré, dans le BTP par exemple. Les défauts de paiement en cascade ont généré des risques de faillite. Pour Frederic Bureau, il est plus que nécessaire de remettre les préoccupations de chacun au centre des discussions. Avec l’arrêt brutal des commandes (dans l’aérien, le BTP...), continuer de répondre à ses fournisseurs en panique et les rassurer plutôt que de les ignorer était un gage de relation de confiance. La crise COVID a aussi mis en avant l’hérésie d’une situation de totale dépendance avec ses fournisseurs.

En grande distribution, la crise COVID a aussi beaucoup changé les rayonnages et la façon d’opérer des distributeurs. Gaelle Barlesi a pu observer que les « indispensables » (pâtes, riz…) ont occupé les rayons et leurs facings ont été multipliés, les changements de gamme de produits ont eu lieu pour maximiser la rotation des stocks. Ce qui n’était pas considéré comme « indispensable » a été retiré des rayons, les références produit stockées dans les camions ont changé (un transporteur ne transportait plus que 30 références produits au lieu de 70 pour répondre à l’urgence de la demande consommateur), il y eu une nette diminution des promotions, parfois des perturbations au niveau des SI ont été observées avec les changements de code barre produit. De leur côté, les industriels alimentaires ou non alimentaires ont dû revoir le format de conditionnement de leur produit en récupérant ce qui était initialement destiné aux cantines, à la restauration ou à l’hôtellerie pour l’adapter au format GMS. Les stocks des industriels ont été vidés durant 18 mois. Et avec la surconsommation observée depuis quelques mois et les mauvaises conditions climatiques, des pénuries sont à venir sur certains produits. Les départements achats ont été grandement impactés. Se sentant investie d’un rôle capital octroyé par cette crise, la grande distribution aux pratiques achats souvent qualifiées de « pressurisantes » vis-à-vis de ses fournisseurs modifiera-t-elle son fonctionnement ?

Le constat : Quelles leçons retenir et vers quelles améliorations s'orienter ?

Les directions achats ont-elles entamé leur mue ? Pour Frederic Bureau, un équilibre dans la relation avec ses fournisseurs, l’appréciation d’une envie mutuelle à travailler ensemble, la pratique d’un prix juste et la capacité à passer des contrats long terme pour donner de la visibilité à ses fournisseurs permettront d’entamer de nouvelles relations commerciales avec eux.

L’exercice budgétaire qui se prépare sera un bon exercice pour les forecasts 2022 sans subvention étatique. Il sera alors nécessaire de décortiquer chaque P&L pour rechercher les gains et les économies possibles. Le rôle des directions achats sera alors renforcé.

Faut-il revoir la géographie de son sourcing ? Avec l’augmentation des coûts de transport, les tensions géopolitiques et ses effets sur les frais de douane la question mérite d’être réfléchie par les acheteurs.

Les sujets liés à la RSE et la limitation du risque fournisseurs sont aussi à mettre en avant selon Philippe Tura : valorisation du Made in France quand cela est possible, sourcing responsable, utilisation de matières recyclées dans le packaging des produits, « green supply chain », déjouer l’obsolescence programmée des produits… Tous ces sujets peuvent et doivent être portés par les achats car ils permettront, au final, des gains importants pour les entreprises.

Les rapports de force dans la grande distribution ont-ils changé avec la crise COVID ? Pour Gaelle Barlesi, « le gagnant sera celui possédant le produit dans son linéaire ». C’est dans ce schéma que s’inscriront probablement les industriels en cas d’indisponibilité matière. Ils feront le choix des distributeurs qu’ils livreront en cas de mauvaises conditions achats et nous assisterons alors, peut-être, à leur rébellion.

Tous ces sujets et ces questionnements méritent d’être réfléchis par les organisations car ils impacteront durablement leur efficience et leur profitabilité. Recourir au format management de transition prend tout son sens dans des phases de changement à conduire.

Pour muscler ou optimiser votre direction achat,KeyWe management de transition vous propose des dirigeants de transition pour accompagner la transformation et le pilotage opérationnel de vos projets partout en France et en Belgique.

Remerciements à Gaelle Barlesi, Frederic Bureau et Philippe Tura pour leur témoignage.

SANDRA CHAUMONT – Partner - KeyWe Management de transition - 2 Bureaux : Lille et Paris - Contactez moi par mail ou par téléphone 06.84.99.89.96

Aucun texte alternatif pour cette image

Découvrez également, le point de vue des décideurs d'achat étranger face aux risques liés à la Covid_19.

https://youtu.be/jXbkcTqlkHM

 


Le management de transition VRAIMENT trop cher ?

KeyWe - Management de Transition

KeyWe - Management de Transition vous informe sur le sujet.

Il ressort d’une étude publiée récemment par FranceTransition que le marché du Management de Transition pèse environ 440 M€ de chiffre d’affaires en 2019 (CA), dont 65% sont réalisés par les Entreprises de Management de Transition et 35% du marché opérés par des Managers en direct.

Sachant que 90% des acteurs en transition sont des intermédiaires entre un entreprise ayant un besoin et un manager facturant son activité (via sa propre structure de facturation ou via une société de portage), le cout d’une transition consiste à multiplier le taux Journalier d’activité du manager par son nombre de jours travaillés auquel seront ajoutés les honoraires de la structure de transition.

Taux journalier x Nombre de jours travaillés + honoraire de la structure de transition = taux journalier facturé. 

Aucun texte alternatif pour cette image

A ce stade, vous vous posez la question légitime des honoraires ! Chez KEYWE TRANSITION, leur montant est JUSTE, NON ABUSIF ! Il comprend :

L’accès à notre réseau d’expert : KeyWe rencontre des dirigeants de transition de tout secteur et métier nourrissant notre pipeline de candidats.

En tant qu’expert, nous savons que les besoins en transition sont toujours accompagnés de contrainte temporelle, Vous proposer une short-list de candidats qualifiés en 48H, fait partie des engagements de KeyWe. 

La sélection des meilleurs profils et leadership : entretien face à face avec les dirigeants présélectionnés, test de personnalité, identification des éléments clés de leur parcours professionnel et académique, contrôle de référence avec les anciens managers.

Nous plaçons l’urgence de votre besoin et la spécificité de votre projet au centre de notre stratégie de qualification.

 

Aucun texte alternatif pour cette image

La possibilité de travailler au succèsparce que notre méthode a fait ses preuves et que nous sommes contents des enjeux financiers que représentent la transition pour vous, vous avez la possibilité de solliciter nos confrères pour votre recherche.

 

Aucun texte alternatif pour cette image

Le suivi du manager tout au long de sa mission. Chez KEYWE TRANSITION, le rapport d’étonnement présenté par le manager à l’issue de son premier mois de mission est primordial. Il permet d’apporter un regard extérieur sur votre organisation et son fonctionnement. Par la suite, nous assurons des points mensuels tripartites sur l’avancée de la feuille de route du manager.

La flexibilité proposée par ce type de contrat (renouvellement, résiliation). Pour garantir le succès d’une mission, la posture du dirigeant de transition est fondamentale. C’est pourquoi nous incluons aussi des moments de partage et d’échanges du manager avec ses pairs si nécessaire.

 

Aucun texte alternatif pour cette image

En conclusion ? La facture à régler est ALL INCLUSIVE !

Elle inclut : le salaire du manager de transition ainsi que le travail effectué par le cabinet, les charges patronales, les avantages salariés, les primes de précarité ou de congés payés ne sont donc pas à régler.

Le prix payé est net (exception faite de frais de déplacement ou de vie liés à l’activité du manager en mission.)

Comparez le cout d’un format « management de transition » avec un CDD est un exercice intéressant. Car si vous prenez en compte TOUS les éléments salariaux se rajoutant au recrutement CDD (Charges/avantages/ mutuelle/frais de transport, précarité …), plus le fait d’augmenter votre charge salariale, la flexibilité de la transition a ses avantages.

En recourant durant quelques mois à un dirigeant expert de son métier, familier de votre modèle économique, opérationnel immédiatement, efficace durablement, vous gagnez un temps précieux.

De plus, les succès sont mesurables au fils des mois.

Dans un temps imparti, le dirigeant de transition est PLUG & PLAY : il pourra effectuer un diagnostic de situation, déterminer les irritants du projet, engager les équipes dans une dynamique, agir efficacement pour vous apporter des succès visibles régulièrement et atteindre le cap de sa mission.

Recourir au management de transition est un format gagnant pour l’organisation, qu’elle soit grande, familiale, cotée, internationale, PME, grand groupe.

💥 Vous souhaitez en savoir plus sur l'accompagnement KeyWe, Contactez-nous !

Chez KeyWe, nous faisons un constat simple : Humain + Efficacité + Résultat = Satisfaction !

KeyWe - Management de transition - Lille & Paris - keywe-transition.com

 

Aucun texte alternatif pour cette image
Aucun texte alternatif pour cette image

Manager de Transition d’aujourd’hui : Le savoir-être qui fait toute la différence !

Les « soft-skills » sont la principale différence entre nous et les robots ! Il s’agit des qualités comportementales qui complètent nos compétences techniques.

Ces qualités sont de plus en plus recherchées par les entreprises. Elles sont aujourd’hui indispensables pour se différencier dans un processus de recrutement. Pour le Management de Transition, les soft-skills sont un véritable atout pour compléter ses expertises.

Les entreprises ont recours au Management de Transition pour les accompagner dans des phases de transformation, de restructuration, d’évolution, ou encore de crise. Ils ont non seulement besoin de compétences techniques, pour proposer des solutions concrètes et rapides, mais également de compétences comportementales pour atteindre les objectifs fixés dans ces contextes.

En 2021, le monde de l’entreprise est plus que jamais en transformation, impacté par la situation sanitaire et l’évolution des modes de travail. Les softs-skills recherchés ne sont plus les mêmes.

Aujourd’hui, faire preuve d’adaptabilité est primordial. Digitalisation, télétravail, nouveaux outils de communication et d’organisation… de nouveaux sujets s’imposent aux entreprises et demandent une grande capacité d’adaptation aux Managers de Transition.

La communication, soft-skills connu et reconnu, est au cœur des qualités recherchées en 2021. Savoir manier les outils liés aux nouvelles façons de travailler, mais aussi savoir écouter et faire preuve d’intelligence émotionnelle pour maintenir une communication fluide malgré le télétravail ou la distance géographique avec les équipes.

Parmi les soft-skills importants pour les Managers de Transition, la prise d’initiative figure en haut de la liste. Le Manager de Transition doit savoir prendre les bonnes décisions et faire preuve de hauteur. L’indépendance entraîne une certaine confiance en soi qui pousse les Managers à l’action.

Enfin, l’esprit d’équipe et la coopération sont des valeurs recherchées par les entreprises chez leurs futures recrues. La solidarité, le support mutuel des équipes ont été décisif pour faire face à la pandémie, et sont nécessaires pour réussir à en sortir.

On résume ?

Les entreprises recherchent des profils qui se distinguent de par leurs idées, leurs initiatives et leur leadership. Lorsqu’elles font appel à un Manager de Transition, elles attendent de lui qu’il les accompagne à un moment stratégique de leur vie d’entreprise. Le Manager doit être opérationnel instantanément sur la mission qui lui est confiée. Pour mener à bien sa mission et atteindre ses objectifs, il doit agir avec confiance et leadership, tout en gardant un esprit d’analyse et en faisant preuve d’agilité.


Le Management de Transition en 2020 ? Quelles perspectives pour 2021 ?

Un an après le début de l’aventure KeyWe, un point s’impose : Quel bilan faire de l’année 2020 ? Quelles sont les perspectives pour ce deuxième semestre 2021 ?

KeyWe vous propose un résumé des données importantes* à connaître pour évoluer sur le marché du management de transition :

2020 a été impacté par la pandémie, avec en conséquence une baisse d’activité pour les entreprises. L’activité aurait baissé d’environ 25% l’année passée.

Cependant, côté Management de Transition, l’impact a été maîtrisé. Les Managers déjà en poste ont vu leur mission prolongée, ou adaptée. Le nombre de Managers de Transition ayant perdu leur mission est assez faible.

Bien que le contexte soit encore teinté d’incertitude, 2021 se révèle positif pour les acteurs du Management de Transition, car les entreprises connaissent des phases de transformation, de restructuration ou de gestion de crise qui nécessite le soutien des Managers de Transition.

La première reprise économique de septembre 2020 est un bon exemple de cet essor, car la demande en Managers de Transition a augmenté après le premier confinement. Ces derniers sont opérationnels rapidement, et compétents sur des missions de restructuration, d’adaptation ou de transformation. Ils représentent l’accompagnement idéal pour les entreprises pendant et après la pandémie.

Les Managers de Transition s’adaptent à un marché en pleine évolution. Experts polyvalents, les Managers de Transition s’ancrent toujours plus sur le secteur professionnel français.

Vous souhaitez faire appel à un Manager de Transition pour répondre à un enjeu stratégique de votre entreprise ? KeyWe reste ouvert tout l’été pour vous accompagner. Confiez-nous votre mission !

https://keywe-transition.com/entreprises-contact

*Données issues de France Transition (Fédération des Acteurs du Management de Transition)


KeyWe ouvre un bureau à Paris !

Dans sa phase de croissance, KeyWe, Management de Transition, voit les choses en grand et ouvre son bureau parisien pour accroître sa présence nationale. En étroite collaboration avec le bureau de Lille, KeyWe Paris est idéalement situé Place de l’Etoile, au plus près des sièges sociaux des entreprises pour les accompagner dans leurs projets.

Notre présence locale permettra aussi de proposer aux Managers de Transition de la région parisienne un accompagnement de proximité et des évènements dédiés.

Sophie Guérin, Directrice Générale de KeyWe, a choisi d’associer ses forces à Sandra Chaumont pour développer son activité en Île-de-France et sur les départements limitrophes. D’ailleurs, ce sont elles qui en parlent le mieux !

Sophie Guérin :

« Le management de transition connaît un développement toujours plus important. Intégrée au sein de la communauté RH BatKa, KeyWe accompagne les entreprises dans leurs différentes phases de transition. Le management de transition vient apporter une réponse rapide et efficace à une situation complexe rencontrée par une entreprise. Bien implanté dans le Nord de la France, KeyWe poursuit son développement en ouvrant un bureau sur Paris.

Nous attachons une importance particulière à être proche de nos managers de transition et des entreprises qui nous font confiance. Leur satisfaction est notre priorité ! Nous sommes exigeants pour arriver au matching idéal entre le Manager proposé et l’entreprise, sa culture et le contexte de la mission. L’arrivée de Sandra Chaumont, grâce à son professionnalisme et son expertise en recrutement, nous permettra de développer notre activité sur Paris et poursuivre notre croissance. »

Sandra Chaumont :

« Rejoindre KeyWe transition est une force. Intégrée à la communauté d’entreprises RH Batka, nous bénéficions de belles synergies commerciales avec plus de 1000 comptes clients de ce réseau. De plus, très attachée aux valeurs d’exemplarité, de collectif, d’excellence et de générosité, je retrouve ce socle chez KeyWe transition. Tout au long du processus de sélection, nous prenons soin d’identifier ces soft skills chez nos managers de transition en complément de leurs expertises métier pour garantir le succès d’une mission. »

Sandra Chaumont, Partner KeyWe Paris

L'équipe KeyWe s'agrandit !

L'équipe KeyWe - Management de Transition, by Batka, s'agrandit pour toujours mieux accompagner les entreprises sur leur besoin de transition et nos managers dans leur mission.
Bienvenue Diane ThiriezSandra ChaumontLucie Di Carlo, Anaïs Deschamps-Berger !

Retrouvez nous sur notre page LinkedIn :  KeyWe - Management de Transition

De gauche à droite : Diane Thiriez, Lucie Di Carlo, Sophie Guérin, Sandra Chaumont, Anaïs Deschamps-Berger