Bien que le Management de transition se démocratise progressivement en France, ce mode d’emploi continue de subir des idées reçues. Celles-ci sont souvent due à une mauvaise compréhension du rôle des Managers de transition.

Le recours à un manager de transition signifie que l'entreprise va mal !

Lors de l’apparition du Management de Transition, les missions répondaient principalement aux situations de crise et aux phases de retournement ou de restructuration pour les entreprises en difficulté.

Aujourd’hui, bien que le Management de Transition réponde toujours à ce type de problématiques, le spectre s’est étendu aux contextes de transformation des entreprises et leur développement.

Le Management de transition s’adresse aujourd’hui également aux entreprises souhaitant être accompagnées dans le cadre de projets à fort enjeux.

Ce type d’intervention représente aujourd’hui plus de la moitié des Missions de transition.  

En 2021, les missions de transition répondant à une situation de crise, un retournement ou redressement ne représentaient que 9% alors que la conduite du changement et les missions de développement représentaient 45% des projets. (source : France transition)

Cette réputation de « sauveteur » ou de « cost killer » ne représente donc pas le Management de Transition tel qu’il est aujourd’hui.

 

Le Manager de transition est inaccessible aux petites entreprises

Le management de transition a longtemps été considéré comme un « luxe » que seules les grosses entreprises pouvaient se permettre.

Les structures de recrutement, spécialistes du Management de transition sont des intermédiaires entre l’entreprise ayant besoin d’un manager et ledit manager facturant son activité (soit via sa propre structure de facturation ou via une société de portage).

Le coût d’une mission de transition peut simplement être calculé :

(TJM (taux journalier) X le nombre de jours travaillés) + les honoraires de la structure spécialiste du Management de transition.

En 2021, les clients ayant le plus souvent recours au Management de transition sont les grandes entreprises et les ETI avec chacun 29% de part des missions. Les PME quant à elle ont enregistré 15% des missions de transition effectuées.

La pratique se pérennise et s’étend donc même aux petites entreprises qui y voient un véritable investissement. (Source, France Transition). Chez KeyWe, nous accordons une importance à ce que le prix de nos honoraires soit juste, en accord avec les services que nous proposons durant toute la mission de transition, de la recherche du candidat ad-hoc à la fin de la mission et du bilan.

Le choix du management de transition, à défaut de CDI

La moyenne d’âge des Managers de Transition, d’après France Transition, est de 54 ans. L’une des idées reçues sur le Management de transition serait que les Managers de transition choisiraient cette voie par défaut, peinant à retrouver un CDI en fin de carrière.  

Ce préjugé n’est pas la réalité. Les Managers de transition sont des Cadres Dirigeants experts qui ont une grande expérience et une méthode de travail efficiente, qui leur permettent de répondre rapidement à des enjeux stratégiques et opérationnels, sur des postes à responsabilités.

L’orientation vers le Management de transition répond en réalité à une forte volonté de liberté d’action, de flexibilité, ou encore de challenges de la part de ces professionnels actifs, ce qui n’est pas forcément toujours compatible avec un poste en CDI.

 

Le manager de transition offre ses services "au plus offrant"

Il est parfois relayé que la motivation première d’un Manager de Transition est la rémunération, souvent supérieure à celle d’un poste en CDI. Ils mettraient à disposition leur expertise à l’entreprise la plus rémunératrice. Le marché du Management de transition dépeint pourtant une réalité différente.

En effet, la majorité des experts choisissent leurs missions en fonction des challenges à relever, qu’ils soient dans un grand groupe ou dans une start-up. La moyenne actuelle de rémunération des Managers de Transition se situe entre 1000 et 1500€ par jour. La proportion de Managers de Transition ayant une rémunération inférieure à ces 1 000 € par jour est d’ailleurs supérieure à celle des Managers étant rémunéré au-delà des 1 500€ par jour.

(source, baromètre France).

Les méthodes utilisées sont éculées

Ce préjugé découle directement de l’âge moyen des Managers de transition se situant à 54 ans. La grande expérience des Managers de Transition repose selon ce préjugé sur des méthodes anciennes, peu actuelles.

Dans les faits, les Managers de transition sont des professionnels qui se sont formés tout au long de leur carrière aux nouvelles méthodes de travail, et à l’actualité de leur secteur.  C’est ce qui leur vaut leur qualité d’« experts » de leur domaine. A la différence d’un consultant, un Manager de Transition doit être opérationnel instantanément sur les missions qui lui sont confiées. Cette opérationnalité ne peut être conservée que par le biais de formations et d’actualisation des compétences régulières.

Les Managers de Transition sont des renforts porteurs d’innovation, dynamiques et flexibles, ouverts d’esprit et à l’écoute.

Le Management de transition est une solution avantageuse pour toute entreprise ayant besoin d’un expert opérationnel pour faire face à ses enjeux stratégiques.